7 conseils pour animer des jeux-cadre de Thiagi

Thiagi-Paris

Hier, j’animais une formation aux jeux-cadre de Thiagi à destination de formateurs interne dans une entreprise.
Pour ceux qui découvrent ou pratique déjà cette approche pédagogique, je vous partage ici quelques éléments clefs qui sont ressortis de cet atelier.

Disposez la salle à votre goût !
En arrivant dans la salle, placez les tables dans une disposition qui favorisera les échanges en sous-groupe et la circulation des participants. Personnellement, j’apprécie beaucoup la disposition en « bistrot », les tables agencées en petits ilots non alignés, avec 3 ou 4 chaises autour de chaque ilot.
Je ne prévois pas de table, ni de chaise pour moi. Je place par contre tous mes outils d’animation sur une table collée contre un mur. Et au milieu de chaque ilot, des feutres de couleurs, des fiches en cartons…
Dans tous les cas, n’entamez pas une animation avec une disposition que vous ne « sentez » pas, avec laquelle vous n’êtes pas confortable.

Créer le lien.
Pour détendre vos participants et surtout, vous détendre vous, rien de tel que de créer le lien dès l’arrivée de chaque participant dans la salle. Personnellement, je commence souvent mes animations par un jeu utilisant des fiches de couleurs. Je propose donc à chaque participant qui entre dans la salle de choisir un carton parmi le petit tas de fiches de couleur que je lui propose. Je crée ainsi un contact visuel, verbal et physique avec chaque participant avant de briser la glace en plénière.

Préparez-vous !
Avant votre atelier, relisez votre plan de formation et listez le matériel dont vous allez avoir besoin. Prévoyez-en plus… Des cartons blancs, de couleurs, des feuilles, des ciseaux, du papier collant, des crayons de couleur, des feutres de couleurs, un jeu de cartes, des dès… Étaler tout à portée de main. Vous pourriez adapter ou imaginer un nouveau jeu en cours d’atelier. Ne soyez pas bloqué par du matériel manquant.
Quand vous animez un jeu pour la première fois, n’hésitez pas à écrire toutes les consignes et à les lire aux participants. Une consigne peu claire peut facilement faire s’enliser ou même rater un jeu.
C’est également vrai pour les questions thématiques des jeux. Soyez particulièrement clairs et spécifiques sur les questions auxquels les participants devront réfléchir ou jouer entre eux. Assurez-vous que les termes choisis évoquent bien la même chose chez tous vos participants. N’hésitez pas à faire valider vos questions par les experts contenus au sein de l’entreprise.

Directement dans le vif du sujet !
J’ai découvert il y a peu de temps que je partageais et véhiculais la croyance tenace que lors de l’introduction d’un séminaire il fallait exposer un certain nombre d’éléments pour rassurer les participants. J’ai changé d’avis !
J’expérimente aujourd’hui qu’il est très efficace de plonger directement dans une activité ludique et participative pour briser la glace, faire connaissance, recueillir les attentes, donner les objectifs et présenter le programme de la journée. À la première pause de la matinée, tout cela est fait, de manière beaucoup plus vivante, fluide et impliquante pour tous.

Rythme, rythme, rythme…
Une clef de l’animation des jeux-cadres et de garder l’attention des participants. Il est donc essentiel de donner du rythme aux activités. Pour chaque consigne, indiquez une durée courte : 1 minute, 4 minutes… Et dès que vous observez qu’un groupe a terminé, invitez les autres groupes à clôturer également. Si vous entendez qu’un groupe commence à « bavarder » ou à faire des digressions hors sujet, passez à l’étape suivante de l’activité.
Au plus les échanges sont cadrés dans le temps, au plus ils sont efficaces. L’animateur peut faire confiance au sous-groupe pour s’autoréguler. Halte aux échanges inutiles, à la monopolisation de la parole par quelques-uns. Chacun s’exprime et va directement à l’essentiel. C’est pour cela que nous sommes là !

Une à la fois !
Les jeux-cadres sont des proccess. Vous connaissez le proccess complet, vos participants pas. Ne donner donc qu’une instruction à la fois. Une fois l’étape terminée, donnez l’instruction suivante. Donner plusieurs instructions simultanément embrouille l’esprit. Parler du résultat à atteindre fausse l’expérience. Ne parlez donc que de l’étape à réaliser immédiatement.

On n’apprend rien en jouant !
C’est vrai ! On n’apprend rien lors du jeu. On apprend lors du débriefing.
Après chaque activité, prévoyez le temps et les questions du débriefing. Favoriser l’expression, les échanges, la prise de notes.
Ici, mettez à contribution vos talents d’écoute, de reformulation et votre esprit de synthèse.
Proposez aux participants de noter, éventuellement sous forme de jeu, les éléments clefs utiles pour eux et transposables dans leur pratique quotidienne. Proposez-leur de créer des fiches outils qu’ils pourront insérer dans leur carnet de formation.

Et vous ? Quelles sont vos conseils pour animer des formations ludiques et engageantes ? Partagez vos conseils en commentaire ci-dessous !

Articles liés :

Tagués avec :
Publié dans Professionnel

Commentaires Facebook:

Un commentaire pour “7 conseils pour animer des jeux-cadre de Thiagi
  1. David Vellut dit :

    Hello Xavier!

    Je plussoie absolument le dernier point. C’est un élément qui ressort de la très grande majorité des recherches scientifiques : si le jeu constitue le facteur n°1 d’engagement et d’implication chez les apprenants, il obtient de mauvais résultats en terme d’apprentissage… s’il n’est pas accompagné d’un débriefing afin de permettre aux participants d’échanger, intégrer leurs apprentissages et transposer.

    A l’heure où l’on ne jure que par le jeu et les Serious Games, il est essentiel de garder cela en mémoire, pour éviter de croire que le jeu, à lui seul, va solutionner tous les problèmes.

    Bravo pour l’article, j’espère qu’il y en aura d’autres comme celui-ci !… :-)

    David.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Security Code: