BFM : une radio indépendante « effacée » du paysage :-(

Une bien triste histoire. Depuis cet été, au retour de vacances, ma station de radio préférée est muette… Je me renseigne, crois à une erreur d’émetteur ou quelque chose dans le genre…

Rien du tout. Le CSA (acronyme de Conseil Supérieur de l’Audiovisuel ou de Comité de Sanction Audiovisuel , je ne sais plus…), un organe public, composé à l’ancienne mode « carte de parti », à décider de supprimer l’autorisation d’émettre de BFM pour autoriser CIEL radio à la place.

Je n’ai rien contre Ciel Radio, mais voilà une Xème radio de musique avec 10 à 15% de news… Comme les chaînes de la RTBF, Contact, Nostalgie et les autres, toutes de qualité au demeurant, mais sur le même format, simplement adapté à des publics ciblés selon leur âge…

J’écoutais BFM qui pour moi sortait clairement du lot avec des news en continu, de l’économie, de la politique, des centres d’intérêts variés autour du monde de l’entreprise, de la société civile, des médias, de l’actualité numérique, de l’étranger… La seule chaîne 100% info avec un très intéressant décrochage français et belge pour se tenir purchase viagra in australia au courant, de l’intérieur, de l’actualité de nos amis français.

En cette période de crise financière mondiale, ça m’aurait fait sacrement plaisir de mieux comprendre les rouages en écoutant BFM… Il me reste les radios généralistes, qui font bien leur boulot, mais qui ne peuvent pas se permettre d’aller aussi en profondeur dans l’analyse…

Je trouve déplorable que les autorités politiques aient le pouvoir de faire taire un média libre et indépendant en Belgique… Pour être honnête, je ne connaissait pas vraiment le CSA et ne pensais pas que cela soit possible… Je suis d’autant plus déçu qu’un membre Ecolo (Pierre François Docquir) a voté à côté du PS et du CDH pour l’interdiction d’émettre de BFM. Cela fait 20 ans que je ne vote que Ecolo, justement pour leur non-appartenance aux clivages traditionnels gauche-droite, à leur volonté affichée d’une meilleure gouvernance à tous les niveaux de pouvoir en Belgique et pour leur volonté de faire de la politique « autrement », basé sur le développement durable au niveau écologique, économique et social et non pas sur prises de positions uniquement idéologiques ou des enjeux de pouvoir politicien… Déception…

D’autant plus ironique en découvrant cette news sur le site d’Ecolo : « Audiovisuel : Ecolo veut que le CSA reste indépendant »

En cette période de turbulences, vivement le retour de BFM sur la toile, à défaut d’être autorisée à émettre par les ondes…

Plus d’infos ici : BFM ou Facebook

Articles liés :

Publié dans Société

Commentaires Facebook:

5 commentaires pour “BFM : une radio indépendante « effacée » du paysage :-(
  1. Aurélie dit :

    Arg quel dommage. Justement je cherchais une chouette radio de ce genre à écouter depuis que je suis arrivée.Mais peut-être que ça pourra t’aider, moi en France j’écoutais France Inter, c’était ma radio préférée, avec des analyses politiques, économiques et sociales toujours très riches et venant en complément de l’info. Et aussi une émission spéciale entrepreneurs (« Rue des entrepreneurs »), et même des émissions créatives chouettes. On peut la capter en Belgique en Bande AM sur la fréquence 162 kHz. Moi je n’arrive pas à la capter chez moi (mais je ne capte même pas la Première). Peut-être que tu y arriveras, et peut-être qu’elle te plaira.J’espère que BFM reviendra en tout cas!

  2. Aurélie dit :

    PS: contente de te voir à nouveau sur ce blog, il y a toujours plein d’infos intéressantes!

  3. Peppino dit :

    Bfm, France Inter, France Culture… et tant d’autres Radios…rien n’est perdu. Au contraire… Moi, je relie mon ordi à un ampli, ou j’utilise le casque, ou le lecteur Mp3, c’est selon; et le tour est joué…On peut même écouter les émissions qui nous plaisent quand on veut…Des logiciels gratuits tel FSTREAM font l’affaire…Ou aller sur le site des Radios; et mettre tout ça dans ses favoris.Les émetteurs « traditionnels », surtout la bande Fm, ne sont plus que la plupart du temps des réserves de « pousses disques »…

  4. Xavier Van Dieren dit :

    Voici une réponse que j’ai reçu de Pierre-Francois Docquir après lui avoir envoyé un petit mail pour l’informer de la publication de ce post sur mon blog : »Bonjour,En réponse à votre courriel, je dois tout d’abord vous remercier de votre intérêt pour ce sujet important en démocratie.La disparition d’un projet radio des ondes est un fait tout à fait regrettable et douloureux.Il se fait que la FM constitue une ressource rare. Le gouvernement de la Communauté française a décidé de dresser un cadastre des fréquences disponibles et les a réparties en deux catégories : les différents réseaux et les fréquences uniques. Cette organisation de la FM en une liste fermée de places disponibles (une large part pour les réseaux, le solde pour les radios indépendantes) résulte des décisions politiques adoptées par le gouvernement de la Communauté française, et non pas d’un choix de l’autorité administrative indépendante qu’est le CSA.Il appartenait ensuite au CSA de recevoir les candidatures et, pour chaque lot (réseau ou fréquence unique), choisir le candidat qui répondait le mieux aux critères légaux (établis par le décret sur la radiodiffusion et l’appel d’offres lancé par le gouvernement). La procédure était clairement encadrée par la loi et les travaux du CSA, ce qui a constitué une garantie de qualité du processus de décision. Dans ce cadre, les décisions finales sont des décisions raisonnables, prises sur base de critères objectifs, et notamment la règle de protection du pluralisme et de la diversité.Si l’ensemble du plan (décision du gouvernement de dessiner le cadastre, choix fait par les radios de lots auxquels postuler, et décision du CSA) entraîne la disparition de la bande FM de certains projets, et c’est l’aspect négatif, il y a des points positifs qu’il convient de souligner : sortie d’un vide juridique, garantie d’une qualité d’écoute, contrôle des radios autorisées au regard de dispositions relatives à la protection de l’intérêt général, contribution des réseaux au financement du fonds d’aide à la création radiophonique, …).Vous pouvez trouver plus d’info sur le plan de fréquences dans le dernier n° de la revue d’info du CSA, Régulation, disponible gratuitement sur le site du CSA, à l’adresse http://www.csa.be/documents/show/869 (pages 16 et 17).En réponse aux questions que vous vous posez, je précise également que, choisi par Ecolo (au terme d’une procédure d’audition des différents candidats) pour occuper le siège de vice-président qui revient aux Verts, j’agis, dans le cadre de ces fonctions, de manière autonome et sans recevoir d’instruction. Mes décisions me sont dictées par l’appréciation que je me fais de chaque dossier sur lequel le Collège d’autorisation et contrôle du CSA doit décider.Cordialement,P-F Docquir »

  5. Arg quel dommage. Justement je cherchais une chouette radio de ce genre à écouter depuis que je suis arrivée.Mais peut-être que ça pourra t’aider, moi en France j’écoutais France Inter, c’était ma radio préférée, avec des analyses politiques, économiques et sociales toujours très riches et venant en complément de l’info. Et aussi une émission spéciale entrepreneurs (« Rue des entrepreneurs »), et même des émissions créatives chouettes. On peut la capter en Belgique en Bande AM sur la fréquence 162 kHz. Moi je n’arrive pas à la capter chez moi (mais je ne capte même pas la Première). Peut-être que tu y arriveras, et peut-être qu’elle te plaira.J’espère que BFM reviendra en tout cas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Security Code: